Espace membre

La coopération décentralisée, pour qui, pourquoi?

L’intérêt de la plateforme de coopération décentralisée franco-malgache s’inspire d’une triple nécessité : échanger, capitaliser et communiquer.

Dans cette logique, elle vise à remplir quatre objectifs : renforcer les liens entre les différentes coopérations décentralisées en facilitant le partage d’expériences ; aider les collectivités dans la prise de décision par un accompagnement et des conseils pratiques ; constituer une mémoire des projets de développement ; assurer une meilleure visibilité des actions réalisées auprès des citoyens français et malgaches.

 

Renforcer les liens entre les coopérations décentralisées franco-malgache en facilitant le partage d’expériences

Les collectivités territoriales françaises et malgaches qui coopèrent sur des projets de développement font souvent face à des problèmes communs, dont les solutions doivent être partagées pour faciliter la réussite de leurs actions. Le Service de coopération et d’action culturelle (SCAC) de l’Ambassade de France s’est donc attelé à fédérer les acteurs de la coopération décentralisée en créant du lien, en favorisant les moments d’échanges autour des projets de territoire, notamment en organisant des événements qui rythment le quotidien de ce réseau de coopération décentralisée (rencontres, ateliers, formations, assises).

L’intérêt de la plateforme, est de poursuivre ce travail de mise en réseau, en donnant les moyens pratiques d’échanger sur les expériences de chacun dans ses zones et secteurs d’intervention. Avec des droits d’accès différenciés, les acteurs de la coopération décentralisée auront ainsi la possibilité de retrouver les travaux effectués par leurs pairs sur un même domaine, et d’échanger à travers un forum dédié.

porteforums

 

Aider les collectivités territoriales dans la prise de décision par un accompagnement et des conseils pratiques

Mener des projets de développement avec un pays lointain peut parfois prendre l’aspect d’un véritable parcours du combattant pour les collectivités territoriales, surtout lorsqu’elles sont de taille modeste. La plateforme se veut une aide à la décision et un outil d’accompagnement des collectivités territoriales françaises et malgaches, en apportant des informations de base sur les fondements juridiques, sur la procédure à engager pour signer un accord de coopération ou encore sur les sources de financements mobilisables pour porter un projet.

portesources de financement et appels à projets

 

Constituer une mémoire de la coopération décentralisée

Récemment apparue dans le champ de la recherche, la question de la mémoire des projets de développement est aujourd’hui capitale. Quelles sont les marques laissées par les projets de développement dans les consciences locales ? Ont-ils marqué le contexte géographique, économique voire institutionnel ? – La mémoire territoriale des projets est primordiale pour bien comprendre les réussites ou les échecs par lesquels se soldent les projets. En capitalisant les rapports d’activités, d’études et travaux de recherche des coopérations décentralisées, en regroupant les documentaires et photographies, en tenant à jour une carte interactive des projets de collectivités franco-malgaches, la plateforme se veut un outil d’élaboration de cette mémoire territoriale.

porteressources documentaires

 

Assurer une meilleure visibilité des actions réalisées à Madagascar auprès des citoyens

Assurer une meilleure visibilité de l’action extérieure des collectivités territoriales apparaît essentiel pour au moins deux raisons. D’abord, parce-que la coopération décentralisée fonctionne sur fonds publics, un impératif de transparence vis-à-vis des citoyens s’impose. En ce sens, la plateforme doit rassembler tous les supports numériques sur les actions réalisées en collaboration avec les collectivités malgaches pour les mettre facilement à la portée des citoyens français et malgaches. Ensuite, parce-que la coopération décentralisée s’inscrit souvent dans une dynamique partenariale regroupant divers acteurs (Etat, ONG, secteur privé) sur les projets portés, la plateforme doit aussi donner à voir la complexité de ces relations, donner des exemples de collaborations pour en promouvoir de nouvelles.